l'arabe pour réussir dans le business et les affaires l'arabe pour réussir dans le business et les affaires l'arabe pour réussir dans le business et les affaires

l'arabe pour réussir dans le business et les affaires

(NB: Retrouvez désormais ce blog sur: blog.almodaris.com)

Marhaban mes ami(e)s مَرْحَباً بِكُمْ أَصْدِقَائِي وَ صَدِيقَاتِي

J'espère que vous allez bien.

La revue britannique "Toc business" a mentionné, dans un de ses articles, les cinq (5) langues qui sont indispensables pour les plus grands investisseurs qui veulent réussir dans le domaine des affaires. Ces derniers s’engagent, de plus en plus, dans l’apprentissage de ces cinq langues car ils ont conscience qu’elles représentent un potentiel non négligeable pour leurs futurs investissements.

La revue spécialisée dans les domaines de l’économie et des affaires a montré que les secrets de la réussite dans le passé nécessitaient de maîtriser les compétences et l’aventure. Cependant, à l’heure actuelle, cela nécessite requiert la capacité de l’investisseur de communiquer, à travers le monde, avec la langue que son public parle.

La revue abonde dans la même sens en signalant que les marchés internationaux deviennent de plus en plus compliqués par rapport au passé, surtout si les consommateurs ne parlent pas la langue des investisseurs. Elle a montré que l’arabe et le mandarin sont les deux langues qui sont au podium des langues internationales que les investisseurs doivent apprendre pour réussir à l’échelle internationale.

Le mandarin

L’importance et l’intérêt du mandarin résident dans le fait qu’elle est la langue de plus d’un milliard de personne et que l’économie chinoise représente l’économie la plus développée et la deuxième plus grande économie à travers le monde. Par conséquent, maîtriser le mandarin est une chance inestimable pour rentrer et accéder au marché le plus compétitif dans le monde.

L’arabe

C’est la langue officielle de près de 27 états dont le totale de la population réunie atteint 223 millions de personnes. La maîtrise de l'arabe est surtout une chance inestimable dans le domaine de l’investissement. En fait, les investisseurs qui sont en mesure de parler cette langue ont la capacité de se retrouver en force dans des marchés forts et compétitifs comme au Qatar, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis qui sont parmi les marchés les plus développés. Ainsi, l’apprentissage de l’arabe constitue un pas intelligent de la part des investisseurs qui réussissent dans le domaine des affaires.

Le français

Jusqu’à une certaine époque, la langue française était la langue commune dans le domaine des affaires et des échanges commerciaux entre les pays du pourtour méditerranéen et le reste du monde. Cependant, elle a été remplacée par l’anglais après l’apparition de l’Empire britannique et le développement de l’économie américaine. Le français demeure, toutefois, la langue préférée pour un certain nombre de pays méditerranéens et africains dans le domaine des affaires.

L’espagnol

A l’exception du brésil qui parle le portugais (étant la langue officielle) à côté d’autres langues, on parle espagnol dans la partie nord du contient de l’Amérique du sud et de l’Amérique centrale ainsi qu’en Espagne.

La Colombie, le Pérou et le Mexique sont parmi les économies les plus développées en 2016. Ainsi, l’apprentissage de l’espagnol est un des outils pour communiquer avec une grande partie des populations de ces régions qui pèsent dans l’économie internationale.

Le russe

La Russie regorge d’hommes d’affaire riche très ambitieux qui envisagent de créer des entreprises gigantesques. Cependant, certains de ces hommes d’affaires trouvent des difficultés à parler couramment l’anglais, ce qui constitue un vrai obstacle pour leurs business. Ainsi, ils préfèrent que leurs partenaires maîtrisent couramment le russe pour qu’ils puissent communiquer avec eux de manière efficace.

Pour cette raison, l’apprentissage du russe constitue un défi pour ceux, en dehors de la Russie, qui veulent s’engager dans le monde des affaires. En fait, la langue russe va leur ouvrir des secteurs d’investissement non pas seulement à l’intérieur de la Russie mais également dans les pays de l’ex-Union soviétique qui commencent à rentrer dans le monde international des investissements.

(Source : www.masrawy.com/)

Retour à l'accueil