Comment faire pour ne pas oublier les mots arabes que vous apprenez et pour les mémoriser à jamais ?Comment faire pour ne pas oublier les mots arabes que vous apprenez et pour les mémoriser à jamais ?

(NB: Retrouvez désormais ce blog sur: blog.almodaris.com)

Toute personne qui se met à apprendre l’arabe, a pour souci d’apprendre des mots en arabes afin d’enrichir son vocabulaire, ce qui va lui permettre de mieux comprendre l’arabe et de s’exprimer dans cette langue.

Cependant, le défi qu’il faut relever consiste à pouvoir apprendre les mots arabes sans les oublier, c’est-à-dire à les mémoriser dans votre esprit et ne plus jamais les oublier (sauf si vous êtes atteint(e) l’Alzheimer, lol). Avant d’aborder la méthode efficace à suivre pour mémoriser les mots arabes que vous allez apprendre, il est indispensable de comprendre et d’appréhender le phénomène de l’oubli qui affecte beaucoup de personnes. L’intérêt est de mieux comprendre ce phénomène de l’oublie afin de mieux comprendre la méthode de mémorisation.

Pourquoi oublie-t-on les mots en arabe ?

Il existe plusieurs théories qui ont tenté d’expliciter le phénomène de l’oubli. Parmi les théories les plus connues dans ce domaine, on peut citer :

1-La théorie du déclin naturel. Cette théorie explique que l’oubli résulte de la rareté ou de l’absence de rappel et plus globalement du manque d’exercice mental. En fait, les mots qui sont souvent employés ont tendance à être mémorisés, par contre les mots rarement utilisés sont plus sujet à être oubliés.

2- La théorie de l’inaccessibilité ou le rejet. Cette théorie considère que l’oubli résulte de l’inaccessibilité momentanée d’informations provoquée par une déficience temporaire du rappel.

3-La théorie de l’oubli motivé. Cette théorie dérive des travaux de Freud. Elle explique que l’oubli est provoqué de façon volontaire au cours d’un traumatisme ou d’un stress et affecte des données acquises. L’oubli peut également affecter des mots appris.

4-La théorie de l’interférence. Cette théorie explique que l’oubli intervient lorsque le processus de mémorisation est perturbé par le traitement simultané de données reçus avant ou après. Ainsi, l’oubli est provoqué par la collision entre des données acquises et des données nouvelles qui sont en train de se consolider. A ce propos, apprendre une liste de deux mots peut entrainer une collision ce qui peut impacter sur le processus d’apprentissage et provoquer, par conséquent, de l’oubli.

4-La théorie du défaut de reconsolidation. Cette théorie explique que l’oubli est provoqué par l’altération du processus de reconsolidation des données ou des informations (dans notre cas des mots de la langue arabe) par l’évocation d’un souvenir ou d’une idée.

Apres avoir fait le tour des théories qui présentent des explications au phénomène de l’oubli, penchons-nous à répondre à cette question importante :

Quelle est la méthode la plus efficace qui vous permettra de mémoriser les mots arabes et ne pas les oublier ?

En fait, apprendre des mots en arabe et les oublier avec le temps est un vrai problème en soi, car l’effort que vous avez fourni pour apprendre des mots s’avère vain. Pour résoudre ce problème, il fallait savoir que faites-vous pour apprendre un (des) nouveau(x) mot(s) en arabe ?

En fait, la plupart des apprenant(e)s procède ainsi : répéter oralement ou écrire à plusieurs reprises le (ou les) mot (s) qu’ils (elles) souhaitent apprendre. Cependant, cette « façon de faire » ne permet pas de mémoriser le (ou les) mot (s) que l’on veut apprendre. Pourquoi ?

Parce que le processus de mémorisation est composé de trois étapes essentielles, à savoir :

1-La pénétration : cette étape consiste à introduire dans son univers lexical un (des) nouveau(x) mot(s). Il s’agit de la découverte de nouveaux termes. Dans la langue arabe, par exemple, vous serez amené à découvrir, par exemple, « les adjectifs concernant l’univers des émotions ». Cette découverte peut s’effectuer à travers la lecture d’un conte ou d’un livre ou par tout autre moyen (TV, Radio, discussion…)

2-La consolidation : cette étape consiste à consolider le(s) mot (s) que vous avez eu l’occasion de découvrir. La consolidation a pour objectif de permettre de stimuler la mémorisation dans son esprit (cerveau) du (des) mot (s) dont on a eu l’occasion de découvrir. Cela s’effectue essentiellement par la répétition par la voie orale ou écrite.

3-La reconsolidation (ou la confirmation). Cette étape est la suite logique de la précédente étape, à savoir l’étape de la consolidation. En fait, la reconsolidation ou la confirmation des mots appris consiste à imprégner son esprit des mots arabes pour que ces derniers deviennent, vraiment, familiers. La reconsolidations des mots appris s’effectue, essentiellement, par l’emploi des mots appris, que ce soit dans des conversations ou dans des expressions écrites.

Revenant, maintenant à la méthode que vous suiviez pour apprendre de nouveaux mots en arabe et qui consiste à répéter ou écrire les mots en question, plusieurs fois. Cette méthode n’est pas la bonne méthode pour mémoriser ces mots. Vous n’avez fait qu’accomplir la première étape dans le processus de mémorisation des mots, à savoir l’ « étape de pénétration » ou de découverte des mots en arabe. Reste à accomplir également les deux étapes restantes, à savoir « l’étape de consolidation » et « l’étape de confirmation ou d’affirmation ». Cela explique d’ailleurs, pourquoi vous oublier les mots en arabe que vous avez appris.

Enfin, je veux attirer votre attention, dans le cadre de la mémorisation des mots en arabe sur un phénomène qui consiste à pouvoir mémoriser certains mots par rapport à d’autres mots. Quelle explication peut-on apporter à cela ?

A titre d’exemple pourquoi vous arrivez à mémoriser le mot « tabîb » (toubib, médecin) ou le mot « madrasa » (école) en arabe, plus aisément et plus facilement par rapport aux mots « 3osfôr » (oiseau) ou le mot « sayyâra » (voiture) ?

La réponse à cette question peut se trouver dans les trois facteurs suivants :

1-Lorsque vous avez entendu le mot « tabîb » ou « madrasa » vous les avez assimilé, dans votre esprit, directement à des images (ou des représentations). Par exemple, le mot en arabe « tabîb », vous l’avez assimilé à votre médecin de famille. Pareillement pour le mot « madrasa », que vous avez relié, dans votre esprit, à « l’école coranique » voire à la mosquée (dans l’esprit de beaucoup d’occidentaux).

2- Les mots « tabîb » et « madrasa » ont résonné plus dans vos oreilles que les mots « 3osfôr » ou « sayyâra ». En fait, vous avez été plus « confronté » aux deux premiers mots par rapport aux deux derniers mots. Cela implique, justement, de « provoquer » cette situation, c’est-à-dire que vous devez faire en sorte que les mots arabes que vous apprenez reviennent souvent (en tous les cas à plusieurs reprises). Cela est possible à travers la lecture, regarder la TV (film, documentaire, news…etc.) en arabe ou écouter la radio et engager des discussions en arabe. Cela permettra de se familiariser autant de fois avec les mots arabes.

3- Vous avez, certainement, plus employé les mots « tabîb » et « madrasa », ce qui n’est pas le cas pour les mots « 3osfôr » ou « sayyâra ». En fait, dans vos discussion ou dans vos expressions écrites vous avez employé, de manière régulière, les deux premiers mots.

Pour allonger la discussion sur ce sujet qui intéresse vivement les personnes qui apprennent l'arabe, je vous invite à laisser vos commentaires et à enrichir ce débat avec des méthodes et des idées qui aideront tous un chacun à mieux mémoriser le vocabulaire en arabe.

Retour à l'accueil