Apprenez les noms des chiffres (de 0 à 50) en arabe et recevez votre ebook gratuitApprenez les noms des chiffres (de 0 à 50) en arabe et recevez votre ebook gratuit

(NB: Retrouvez désormais ce blog sur: blog.almodaris.com)

Apprenez les noms des chiffres en arabe, pour les apprenant(e)s qui débutent leur apprentissage de l'arabe, est à la fois indispensable et utile, car, en fait, connaitre les noms des chiffres en arabe vous permettra d'élargir votre lexique dans la langue arabe.

Faisant un petit (dé)tour historique intéressant sur l’histoire des chiffres que l’on appelle « les chiffres arabes ». Cela va enrichir votre culture générale, car vous allez apprendre des choses très intéressantes à ce sujet.

Tout d’abord, il est à signaler que le mot « chiffre » provient de l'ancien français cifre, d'après l'italien cifra, issu du latin médiéval cifra, lui-même emprunté à l'arabe sifr2 (صِفْر ), utilisé pour « zéro » et signifiant le « vide » ou « rien ».

L’innovation du « zéro » constitue, en soi dans l’histoire des chiffres et des mathématiques, l'innovation la plus importante du système de chiffres arabes. Cela a, d’ailleurs, fini par désigner l'ensemble des chiffres.

  • 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9 : sont les chiffres Indo-arabes, utilisés en Occident et au Maghreb.
  • ٨, ٧, ٦, ٥, ٤, ٣, ٢, ١, ٠, et ٩: sont les chiffres utilisés au Moyen-Orient.
  • I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII et IX : sont les chiffres romains.

Les chiffres de 1 à 9 ont été inventés en Inde au 3e siècle avant J-C.. La numération de position avec un zéro (un simple point à l'origine), a été développée au cours du 5e siècle. Des astronomes musulmans, qui apprenant les sciences des Indiens au 7e siècle, ont importé les chiffres utilisés par les indiens. Le mathématicien musulman perse Al-Khawarizmi était le premier, au 9e siècle, à avoir travaillé sur les méthodes de calcul indiennes. Ces signes ont subi de nombreuses modifications avant de prendre l'apparence qu’on leur connait actuellement.

Pour leur part, les savants musulmans, en contact avec l’Occident, ont transmis aux mathématiciens européens ces chiffres qui, continuant de se modifier, ont adopté un tracé définitif au 15e siècle. Les chiffres arabes ont gagné l'Europe au 10e siècle par l'Espagne alors sous domination musulmane. Puis leur diffusion dans le reste de l'Occident s'est poursuivie par divers modes.

Gerbert d’Aurillac et plus tard Leonardo Fibonacci furent, selon certains, les auteurs des principaux ouvrages de vulgarisation des chiffres arabes. En effet, certains mettent l'accent sur les travaux de Gerbert d'Aurillac (940–1003), le futur pape, ="https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvestre_II">Sylvestre II, qui s’est initié aux sciences et techniques islamiques, étudiant les mathématiques et l'astronomie. D'autres attribuent un rôle majeur au mathématicien italien Leonardo Fibonacci, qui avait étudié auprès de professeurs musulmans à Béjaïa (qui se trouve en Algérie), ramena en 1198 une partie de leur savoir. Finalement, il est difficile d'établir lequel de ces deux érudits aura le plus promu la diffusion des mathématiques arabes en Occident.

Cependant, la diffusion des chiffres arabes s'est heurtée aux habitudes traditionnelles en Occident, mais leur apprentissage a été progressif. Ainsi, en Italie, et plus précisément à Florence, il fut d'abord interdit aux marchands d’employer les chiffres arabes dans les contrats et les documents officiels. En 1299, l’interdiction s’est généralisée, y compris dans la comptabilité privée des banquiers et des marchands florentins. Ce sont les chiffres romains qui sont utilisés. À partir de la Renaissance, avec le grand développement du commerce, puis des sciences, en particulier de l'astronomie et de la balistique, les chiffres romains sont définitivement écartés et les chiffres indo-arabes se sont imposés.

Il est à remarquer qu'en arabe, comme pour les langues européennes, les chiffres représentant la plus grande valeur dans un nombre se trouvent à gauche, et la plus petite à droite, ceci bien que l'arabe soit lu de droite à gauche. Le nombre est en fait lu, en arabe, en commençant par la plus petite valeur à l'instar de ce qui se passe partiellement en certaines langues germaniques et celtiques (par exemple en néerlandais et en breton).

Sachez, enfin, que les noms des cinq premiers chiffres arabes (de 1 à 5) sont faciles à mémoriser, car ils correspondent aux noms des cinq jours de la semaine. En effet,

  • Le chiffre 1 وَاحِدْ correspond à dimanche أَحَدْ
  • Le chiffre 2 إٍثْنَانِ correspond à lundi إِثْنَيْنِ
  • Le chiffre 3 ثَلَاثَة correspond à mardi ثُلَاثَاءْ
  • Le chiffre 4 أَرْبَعَة correspond à mercredi أَرْبِعَاءْ
  • Le chiffre 5 خَمْسَة correspond à jeudi خَمِيسْ

Abonnez-vous à mon blog (tout simplement en insérant votre email dans la case à droite du blog) et recevez mon ebook, qui vous est gratuitement offert, pour apprendre les noms arabes des chiffres de 0 à 50. Tous les noms sont écris en arabe avec leur transcription phonétique en français ainsi que leur prononciation (Mp3).

Retour à l'accueil