(NB: Retrouvez désormais ce blog sur: blog.almodaris.com)

La première difficulté à laquelle sont confrontée les apprenant(e)s de (la langue) arabe consiste dans la prononciation de certaines lettres de l’alphabet arabe. C’est un exercice indispensable afin de pouvoir parler l’arabe. Certaines personnes se bloquent déjà durant cette phase de l’apprentissage.

Quelle solution apportée à cette difficulté ?

La solution consiste, en fait, dans l’adoption d’une méthode qui consiste à « passer progressivement d’une étape à une autre ». À ce propos, il suffit de suivre ces six étapes suivantes :

La première étape consiste à commencer par le plus facile. Il s’agit de repérer les lettres de l’alphabet arabe dont on peut trouver un équivalent en français (en termes de prononciation, j’entends). Ainsi, la prononciation de ces lettres ne posent, comme telles, aucun problème. Votre travail sera plus de mémoriser les lettres en question pour pouvoir les reconnaitre et savoir comment elles se prononcent.

La deuxième étape consiste à repérer les lettres de l’alphabet arabe dont on ne peut trouver d’équivalent, en termes de prononciation, en français, mais qui peuvent avoir un équivalent dans une autre langue européenne (comme en espagnol, en italien, en anglais ou en russe). Là, aussi, il suffit de repérer ces lettres et de travailler la mémorisation de ces lettres pour pouvoir les reconnaitre.

La troisième étape consiste à repérer les lettre de l’alphabet arabe dont on ne peut trouver d’équivalence, en termes de prononciation, ni en français ni dans une autre langue européenne. Ici, la solution à apporter consiste à savoir comment procéder pour mieux prononcer la lettre. Seulement, il ne faut pas trop se précipiter, car la bonne prononciation viendra avec l’exercice et l’entrainement, donc il ne s’agit que d’une question de temps (c’est en forgeant que l’on devient forgeron, n’est-ce pas ?). Ce qu’il faut savoir, à propos de ces lettres dont on ne trouve pas d’équivalent ni en français ni dans une autre langue européenne, c’est : comment positionne-t-on la langue pour mieux pouvoir prononcer correctement la lettre (ou les lettres) en question. C’est ce que nous allons travailler.

Quatrième étape consiste à reconnaitre « les lettre légère » et « les lettres emphatiques »

Cinquième étape consiste reconnaitre « les voyelles brèves » et « les voyelles longues »

Sixième étape consiste à reconnaitre les signes spéciaux (le « alif allongé » آ et la pseudo-lettre « al-hamza » ء أ ؤ ئ

Alphabet Arabe:

أ [a]

ب [b]

ت [t]

ث [th], Comme on prononce le « th » dans le mot anglais « three »

ج [j]

ح [h], Comme on prononce le « h » dans la mot anglais « alcohol »

خ [kh], Comme on prononce le « kh » dans le mot « »

د [d]

ذ [dh], Comme on prononce « the » en anglais

ر [r], Comme on prononce un « r » roulé (comme en espagnol ou en italien)

ز [z]

س [s]

ش [ch], Comme dans la « ch » du mot français « chocolat »

ص [s] , S emphatique, comme on prononce le « s » dans le mot français « soleil »

ض [d]

ط [t] emphatique

ظ [dh]

ع [3]' ع. Comme dans la lettre du début des prénoms arabes Ali et Aicha.

غ [gh], Comme on prononce le “r” en français

ف [f]

ق [q], cette lettre est prononcé comme un [k] seulement à partir de la gorge et non pas comme un [k] (kâf) qui est prononcé partir seulement avec la langue au niveau de la bouche.

ك [k]

ل [l]

م [m]

ن [n]

ه [h] , Comme le « h » dans le mot anglais « hello »

و [w]

ي [y]

Les voyelles courtes (ou brèves)

َ (fat’ha) "a". Cette voyelle rajoute un "a" à la lettre sur laquelle elle se trouve.

ُ (damma) "o". Cette voyelle rajoute un "o" à la lettre sur laquelle elle se trouve.

ِ (kasra) "I". Cette voyelle rajoute un "i" à la lettre sous laquelle elle se trouve.

ْ (sokôn)"'". Le sokôn "coupe" la lettre sur laquelle elle se trouve.

ّ (chadda) « chadda » est le doublement de la lettre. Si vous avez une double consonne, comme cela existe en français, dans par exemple, les mots, femme, ou homme.

Voyelles Longues: Elles ne se prononcent pas. Leur rôle consiste à prolonger (en 2 temps) le son des trois voyelles brèves: kasra, damma et sokôn. Elle sont au nombre de trois, à savoir;

َ ا « â » voyelle longue qui allonge une lettre qui porte une « fat’ha»

ُ و « ô » voyelle longue qui allonge une lettre qui porte une « damma »

ي ِ « î » voyelle longue qui allonge une lettre qui porte une « kasra »

Des Signes Spéciaux:

آ [aa] cette lettre se prononce comme un « a allongé (c'est-à-dire en 2 temps).

إ [i] lorque le « alif » porte une « hamza » en-dessous, il n’est pas important de mettre une « kasra » en bas de la « hamza », car cela va de soi.

Enfin, je vous recommande d’acheter mon ebook qui présente une méthode révolutionnaire qui permet de pouvoir lire et Ecrire l’arabe en seulement 15 jours. 1 leçon par jour suffit pour maitriser lecture et l’écriture de l’arabe durant 15 jours. Une leçon dure, en moyenne, entre 45mns à 1 h de temps. Donc, il suffit de 15 heures pour pouvoir maitriser l’écriture et la lecture en arabe. Cependant, il ne faut négliger le fait que l’entrainement à l’écriture et à la lecture est une chose indispensable pour pouvoir se familiariser et s’habituer à la langue arabe.

Retour à l'accueil